En collaboration avec le Centre national d’études spatiales (CNES), la Cité du design de Saint-Étienne s’intéresse aux enjeux du design pour une transition vers un nouvel âge spatial.

L’exposition s’incarne dans divers projets de designers, d’artistes, d’ingénieurs, d’architectes, d’auteurs, afin d’explorer les croisements de cette épopée qui enchante et qui inquiète, et qui nous transporte dans les champs de la science, du design et des imaginaires.

Les traces des roues des rovers sur la Lune et sur Mars succèdent à l’empreinte de Neil Armstrong. Elles renvoient aux traces de pas des hommes dans les grottes magdaléniennes et nous rappellent que, rêve d’ailleurs, curiosité ou ambition territoriale, les êtres humains n’ont cessé de se déployer sur des biotopes toujours plus variés et de développer à cette fin des connaissances et des outils. Sans parler d’une préhistoire du design, l’outillage préhistorique se révèle à l’étude parfait dans sa forme fonctionnelle, complexe dans son élaboration, maîtrisé dans la qualité du matériau et indéniablement esthétique.

L’exposition explore les croisements de ces deux épopées, de l’exploration spatiale et du design, qui se nourrissent l’une l’autre avec des périodes de plus grande intensité. Le basculement dans les temps modernes donne ainsi lieu à un foisonnement où l’on croise des astronomes aventuriers, des scientifiques littérateurs, des artisans inventeurs. Là se construisent un désir collectif, qui hérite des exploits encore récents du secteur maritime, un standard des formes et des images, et une exploration de l’univers, qui prépare le voyage et débouche sur les grands observatoires spatiaux actuels. Dès lors, littérature, cinéma, parcs d’attraction seront des vecteurs efficaces de soutien aux aspirations humaines vers l’espace.

Le design inscrit sa marque évidente dans la question de l’habitat, qu’il soit spatial ou terrestre. Durant le space-age, les architectes envisageront de nouvelles utopies urbaines, connectées, éphémères ou flottantes. Dans l’ambiance d’optimisme que génère les récentes prouesses spatiales, les formes des designers se libèrent grâce à l’apparition de nouvelles matières.

Articles similaires

Linoleum, montrer le revêtement sous un nouveau jour

montrer comment le linoléum, qui est généralement utilisé comme revêtement de sol, peut également être utilisé pour créer des meubles.

Clifton Hill Courtyard House, extension d’un cottage à Melbourne

l'aménagement répond à la fois au site et au désir de flexibilité future de la famille.

In Hale, des oeuvres qui réfléchissent la lumière

Chaque création défie nos idées préconçues et archétypiques des matériaux, les formes comme les fonctions