Dans le magnifique bâtiment Art Déco SHELL, près de la Gare centrale de Bruxelles, le studio de création Cobra Studios a conçu l’aménagement intérieur et le mobilier des nouvelles salles de réunion de Sparks.

Sparks propose différentes salles de réunion pour les particuliers et les entreprises. Pour sa nouvelle implantation, un bel exemple d’architecture Art Déco, Cobra Studios a eu carte blanche (mais un budget limité) pour aménager cet espace de 2.500 m2, avec dix salles de réunion, un hall d’entrée, un bar/restaurant et plusieurs toilettes.

Le résultat est un monde surprenant mais charismatique, riche en contrastes. Même si chaque espace a son identité propre, l’uniformité de l’ensemble révèle un véritable univers propice aux rencontres et aux échanges.

Le monumental complexe Shell, construit au cœur de Bruxelles entre 1932 et 1934 selon les plans des architectes Alexis Dumont et Marcel Van Goethem, constitue la base du projet. Cobra Studios a choisi de partir des éléments originaux du bâtiment, le sol du hall ovale – une œuvre d’Olivier Strebelle avec 3 teintes de marbre et des inserts en céramique – déterminant la palette de couleurs.

Les matériaux d’origine encore présents dans le bâtiment (travertin, marbre, béton) ont été associés à des matériaux nouveaux comme le latex, l’argile, l’acier inoxydable, la mousse, la résine, le velours et l’aluminium pour créer un univers étonnant et contrasté mais aussi ludique et quasi naïf.

Cobra Studios n’a pas craint de conjuguer l’ambiance plus datée des années 80 avec des contrastes nouveaux. Les métaux vont de pair avec la base en travertin, l’éclat contraste avec la douceur, et l’expérience plutôt théâtrale et muséale avec une atmosphère conviviale et chaleureuse.

Le studio de création bruxellois Cobra Studios a été fondé en 2020 par l’architecte Kenny Decommer et le designer scénographe Hugues Delaunay. Ensemble, ils créent des objets et des intérieurs surprenants et sculpturaux, où ils jouent avec la couleur et la matière, la forme et le volume. Leurs réalisations sont ludiques mais réfléchies, sculpturales et décoratives.

Le duo a créé lui-même la plupart des meubles pour s’adapter aux locaux. Les chaises, tables, lampes, canapés et rideaux sont combinés avec des éléments de leur collection précédente.

Les deux créateurs réutilisent et recyclent aussi des matériaux et des objets, notamment des restes de résine, pour créer de nouvelles pièces. Leur budget étant limité, ils ont dû faire preuve de créativité avec les matériaux et leur utilisation. Ils ont également travaillé avec des artisans locaux et internationaux.

Ils ont fait fabriquer les pots par « la bottega di giuseppe indino » dans les Pouilles, coopéré avec STRS pour le bureau, utilisé des arcs en acier fournis par un constructeur de bateaux, collaboré avec Trone à Paris pour la conception des toilettes…

« Pour la première fois, ce projet nous a permis de concevoir des objets nouveaux, comme des canapés, des chaises… ​ et avec un budget auquel nous n’étions pas habitués. C’était un véritable défi. Nous avons dû être inventifs avec les matériaux et la manière de les utiliser.

Nous avons eu recours à la sellerie automobile pour les revêtements muraux, au tuning auto pour la signalisation, à l’acrylique poli doux pour les balustrades et les rampes…

Nous avons voulu créer une approche futuriste du mouvement des arts décoratifs. »

Articles similaires

Linoleum, montrer le revêtement sous un nouveau jour

montrer comment le linoléum, qui est généralement utilisé comme revêtement de sol, peut également être utilisé pour créer des meubles.

Clifton Hill Courtyard House, extension d’un cottage à Melbourne

l'aménagement répond à la fois au site et au désir de flexibilité future de la famille.

In Hale, des oeuvres qui réfléchissent la lumière

Chaque création défie nos idées préconçues et archétypiques des matériaux, les formes comme les fonctions